....
...........| VOUS ETES | NOUS SOMMES | REPERES | C'EST ECRIT | CONTACT | HOME |
 

Repères :

La supervision en questions...

Qu'est-ce que la supervision ?

- La supervision est un processus d’échanges réguliers et suivis entre un superviseur et un supervisé ou un groupe de supervisés, pour analyser les opérations et les tâches professionnelles exécutées par ce dernier, afin d’assurer et de promouvoir la qualité de service offert aux individus confiés à l’organisme et aux supervisés. (Catherine ROLLAND, Supervisions écosystémiques en travail social, 2007)

- La supervision est un espace offert au salarié afin qu'il puisse réfléchir sur ce qu'il met en jeu en tant que personne dans sa pratique quotidienne auprès des usagers. En termes plus psychologiques, il y est question de gérer des phénomènes transférentiels et contre-transférentiels dans le cadre de son activité professionnelle. (Beaur A. et Vila S., Lien social, 2004)

Comment choisir un superviseur ?

Pour répondre à cette question, nous avons choisi de citer Jean-Louis Sentin (Le grand livre de la supervision, Eyrolles, 2010)

Les qualités personnelles et professionnelles d'un superviseur : la liste de critères ici proposée n'est ni exhaustive, ni indiscutable. Son ambition est simplement de mettre le lecteur en réflexion. De toutes les manières, le superviseur est un être imparfait qui n'a pas besoin d'avoir toutes les qualités pour remplir sa mission. Tel qui est bon pour moi ne le sera pas nécessairement pour un autre. Tel qui me convient à une étape de mon parcours professionnel n'est pas celui que j'aurais rencontré plus tôt ou plus tard. Personne ne remplit tous les critères de cette liste. En référence à Eugène Enriquez, nous pouvons dire que le superviseur (ou la « superviseure ») est :

- comme les coachs qu'il accompagne, une personne qui a du goût pour le relationnel, qui reconnaît ses failles et son incomplétude, qui a conscience de ce que son art implique d'impuissance et de relative non-jouissance, qui a probablement des fantasmes (de Pygmalion, de Mentor, de sauveur, de thérapeute, de militant, de parent tout-puissant et même de "destructeur dans le cas d'un contre-transfert haineux") qui pourraient le faire dériver, mais qui le sait et les tient à distance

- il sait aussi rester en tiers dans la supervision, offrant ainsi un modèle au coach qui lui-même se trouve dans cette situation entre le coaché et son entreprise

- il est dans la maturité, il a largement entamé sa "mi-vie" au sens jungien du terme

- il accepte avec sérénité que je fasse sur lui le transfert qui m'est nécessaire, pas plus et pas moins; il veut bien que je le considère comme un maître si je suis un coach débutant en quête de réassurance ou que je le regarde comme un pair si je suis un vétéran, car c'est mon affaire et pas la sienne, là ne sont pas son désir et sa jouissance

- il n'est pas un parfait inconnu: je peux aisément me renseigner sur son compte; il bénéficie d'un bouche-à-oreille favorable

- il a des talents pédagogiques, il écrit des articles ou des livres, il parle, il enseigne, dans ses interventions, il fait la démonstration qu'il a du recul sur son métier

- me fiant à mon intuition, je le trouve congruent entre ce qu'il énonce sur sa pratique et la manière dont il se comporte

- il a des compétences psychologiques fondées sur une connaissance solide de la psychanalyse (freudienne, jungienne, lacanienne) et/ou de l'Analyse Transactionnelle et/ou de la PLN et/ou de la Gestalt

- il sait ce qu'est une organisation parce qu'il en a fréquenté beaucoup, longtemps et de près, soit comme collaborateur, soit comme consultant ; et parce qu'il maîtrise certains outils théoriques qui en permettent la lecture : théorie des organisations, sociologie des organisations, systémie, etc.

- il a une pratique confirmée et actualisée du coaching, il continue d'avoir des clients en entreprise, il ne s'est pas éloigné du terrain en se repliant sur le marché de la formation et de la supervision de coachs

- il est lui-même engagé dans un processus de supervision dont il est capable de parler clairement (même si les coachs - ses clients - l'interrogent rarement sur ce point, comme s'ils étaient inhibés)

- il remplit les critères les plus exigeants que les associations professionnelles imposent à leurs membres, par exemple les critères d'accréditation des titulaires pour la SFC, les critères de certification des Master Coachs pour ICF

Quelques articles pour éclairer la supervision :

La supervision des PAHRA : quels apports ?
Quatre cas de supervision
SupPAIRSvision : analyse d'une année d'expérimentation
La solitude du professionnel de la relation d'aide

 

.2015 © SAS Conjugueurs de Talents - www.conjugueursdetalents.com ............................................................................................ Mentions Légales